De Chair et d'Encre

DE CHAIR ET D'ENCRE


Longtemps associé aux sociétés dites « primitives » et réservé aux marges, le tatouage a connu ces dix dernières années une remarquable démocratisation.

En témoigne en France l’exposition « Tatoueurs, tatoués », présentée à Paris au musée du quai Branly en 2014-2016.

De Chair et d’encre se propose de documenter cette (r)évolution, qui a vu le tatouage perdre son exclusivité rituelle dans les sociétés traditionnelles où il était investi d’un rôle social, politique ou mystique et se banaliser dans les sociétés « occidentalisées », jusqu’à devenir un ornement corporel communément adopté. Il reste cependant un moyen de revendiquer son appartenance ou sa différence et, dans son rapport libertaire au corps, en fait un outil d’affirmation de soi.

En une centaine de portraits, réalisés en marge de sujets de commande pour la presse magazine et la télévision au cours des dix dernières années en Europe, Amérique, Asie et Océanie, De Chair et d’encre révèle toute la richesse et la complexité de cette pratique corporelle.

Face à l’objectif, pionniers du tatouage, performeurs, artistes, activistes ou « simples » adeptes témoignent dans leur chair de la dimension ethnologique, sociologique, politique ou religieuse que revêt cet art. De Chair et d’encre donne aussi à voir le champ artistique contemporain du tatouage.



Technique — Hasselblad 500CM / TX400

30 tirages 30x30cm - contrecollage dibond  I  Tirages limités 15ex

At first related to the so-called « primitive » societies and kept within the fringe for ages, tatooing has become much more popular throughout this last decade.  « Tatoueurs, tatoués », the exhibition displayed in Paris in 2014/2015 at Le musée du quai Branly has shown this renewal interest.

De Chair et d’encre is meant to bring this (r)evolution to light. While tatooing was loosing its key part as a rite in traditional societies  where it used to have a social, political, religious or mystical role, it became a quite common and well-admitted body art in western societies.

Nevertheless, tatooing remains a way to express a sense of belonging or to claim one’s difference. Using the body in a very libertarian way, it turns the skin into a medium of assertiveness.

With a hundred of portraits, all shot aside from reports done these last ten years for several magazines and the French television in Europe, America, Nepal and Polynesia, De Chair et d’encre reveals all the fullness, complexity and sophistication of this body art.

Looking straight into the lens, pioneers, performers, artists and supporters of tattoo show with their own flesh the ethnological, sociological, political or religious values of tattooing. Each portrait comes with a short description of the character. It reveals the wide range of its artistic scope.

 

Technics : Hasselblad 500CM /TX400

Texts written by Laure Siegel, freelance reporter.